Communiqué de presse


Une assemblée générale du GSsA placée sous le signe de l’initiative contre le commerce de guerre

Réuni aujourd’hui en assemblée générale, le GSsA est revenu sur deux années pleines de succès. Le service civil a pu être défendu malgré les attaques visant à durcir les conditions pour y accéder et les avions de combat n’ont été acceptés que sur le fil. Néanmoins, c’est la campagne en faveur de l’initiative contre le commerce de guerre, sur laquelle nous voterons le 29 novembre, qui était placée au centre de cette assemblée.

Pour la première fois depuis sa fondation en 1982, l’assemblée générale du GSsA ne s’est pas tenue au restaurant Kreuz à Soleure. En raison de la situation sanitaire, les membres se sont rencontré.e.s en ligne.

Durant l’assemblée, l’acceptation sur le fil de l’achat de nouveaux avions de combat a été longuement discutée. Le fait que seuls quelques milliers de voix sur un total de 3,2 millions aient fait la différence pousse les membres à considérer cette votation comme un succès, malgré la victoire du camp du OUI. « Le DDPS a fait de cette votation un vote sur l’avenir de l’armée. Malgré cela, sa victoire n’a été obtenue que sur le fil », explique Aline Bressoud, co-secrétaire du GSsA. « Ce résultat montre que la moitié de la population désapprouve la politique d’armement du DDPS ». Le refus du durcissement des conditions d’accès au service civil constitue lui aussi une défaite majeure pour le DDPS et a été fêtée par les membres du GSsA.

C’était néanmoins le dernier mois de campagne pour l’initiative contre le commerce, sur laquelle nous voterons le 29 novembre, qui était au centre de l’attention lors de cette assemblée. À elle seule, la Banque nationale suisse a investi 1,3 milliards de dollars US dans des entreprises productrices d’armements nucléaires en 2018. Les caisses de pension et les banques suisses participent elles aussi massivement à ce commerce de la mort. Or, comme l’explique Aline Bressoud, « la Suisse, en tant que pays neutre à tradition humanitaire, ne peut pas se permettre de s’enrichir grâce aux guerres du monde entier. »

Le GSsA décidera ultérieurement si une initiative-express sera lancée contre un projet concret d’achat de nouveaux avions de combat, lorsque davantage d’informations concernant le type et le nombre d’avions seront sur la table.