Communiqué de presse


Les exportations d’armes atteignent un niveau record dans l’histoire suisse !

Jamais la Suisse n’avait exporté autant d’armes qu’en 2020. Le pays a autorisé l’exportation d’armes pour une valeur totale de plus de 900 millions de francs, soit 24% de plus que l’année précédente. Parmi les pays destinataires, on compte des pays en guerre situés au Moyen-Orient ainsi que des pays dont situation en matière de droits humains est e

Alors que les exportations ont sensiblement diminué durant cette année 2020 marquée par la pandémie, les exportations d’armes sont montées en flèche. C’est que montrent les nouveaux chiffres publiés par le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco). Les chiffres de l’année écoulée dépassent même ceux de l’année 2011 qui faisait jusqu’ici office de record absolu (exportations pour un montant total de près de 873 millions de francs). « Ce record absolu en termes d’exportations d’armes est absolument scandaleux ! », explique Thomas Bruchez, co-secrétaire politique du GSsA.  « C’est encore plus le cas en ces temps de pandémie où nous avons urgemment besoin d’investissements dans le domaine de la santé ; nous voulons des vaccins, pas des armes. »

 

Parmi les nombreuses exportations d’armes qui ont été entreprises en 2020, on trouve sans surprise plusieurs Etats destinataires éminemment problématiques. Des armes d’une valeur totale de 17 millions de francs ont par exemple été exportées vers des pays impliqués dans la guerre au Yémen. Dans la liste des destinataires, on trouve les Emirats arabes unis, le Bahreïn, le Koweït et surtout, l’Arabie Saoudite, qui continue d’être une grande cliente de l’industrie de l’armement suisse.

Les exportations à destination du Brésil et de l’Indonésie sont elles aussi extrêmement inquiétantes, car les deux pays connaissaient des violations systématiques des droits humains. Un rapport d’Amnesty International fait notamment état « d’exécutions extrajudiciaires et d’autres violations graves des droits humains par les forces de l’ordre » en Indonésie. Malgré cela, le pays figure au troisième rang des récipiendaires d’armes suisses avec des achats d’armes pour un montant total de 111 millions de francs.

 

Pour la co-secrétaire politique du GSsA Pauline Schneider, une chose est sûre :  « Avec ses exportations d’armes massives, la Suisse porte une part de responsabilité dans de nombreuses violations de droits humains et alimente des conflits sanglants. » « Des 2593 demandes d’autorisations enregistrées en 2020, seules huit ont été refusées. Or, il évident que davantage de contrôles auraient été nécessaires. Une fois de plus, cela montre l’importance de l’initiative correctrice contre les exportations d’armes dans les pays en guerre civile ! »