Blog


Jusqu’où ira l’escalade ?

La tension entre l’Iran et les USA a connu une recrudescence inquiétante depuis juin 2019. Elle fait craindre un conflit militaire. Une guerre entre les deux pays serait sans aucun doute particulièrement meurtrière. Si l’accession de Trump à la présidence des Etats-Unis a grandement participé à la détérioration des relations avec l’Iran, le pays est dans le viseur des faucons américains depuis de nombreuses années. Par Jean Burgermeister

Le 13 juin, deux pétroliers (norvégien et japonais) sont attaqués dans détroit d’Ormuz. Si l’attaque n’a pas été revendiquée, le président américain accuse ouvertement l’Iran. Ces déclarations ravivent les tensions déjà vives. Alors que les américains déploient un millier de soldats supplémentaires dans la région, l’Iran annonce qu’il a abattu un drone américain qui survolait son territoire. Trump annonce alors une réponse militaire qui n’aura finalement pas lieu : alors qu’il aurait ordonné des frappes sur les sites militaires stratégiques, il déclare avoir renoncé à la dernière minute. Après une courte accalmie estivale, les fronts se durcissent à nouveau. Le 14 septembre, des drones attaquent deux sites pétroliers d’Arabie Saoudite. Si l’opération est revendiquée par des rebelles Houthis du Yémen, les Etats-Unis dénoncent une opération orchestrée depuis Téhéran et agitent la menace de nouvelles sanctions. La crise continue donc de se durcir, faisant craindre une déflagration militaire à moyen terme.
Déjà en 2018, Trump annonçait que les Etats-Unis quittaient l’accord avec l’Iran qui avait été négocié par son prédécesseur Barack Obama. De lourdes sanctions économiques ont alors été appliquées à l’Iran, avec des conséquences désastreuses sur l’économie du pays. Mais les tensions sont bien antérieures encore. Depuis la révolution de 1979, les deux pays entretiennent une hostilité, bien qu’elle puisse varier d’une année à l’autre. Ainsi, lorsque George W. Bush dénonce l’« axe du mal », il y place l’Iran au même titre que l’Irak. Il faut dire que le contrôle de la région est une priorité stratégique pour les Etats-Unis depuis le sortir de la Deuxième Guerre mondiale, afin d’avoir un contrôle sur le « robinet de pétrole » du monde, l’un des principaux moteurs de l’économie mondiale.
Dans ce contexte, la voie pacifique semble dangereusement compromise. En se retirant unilatéralement le l’accord avec l’Iran et en imposant de nouvelles sanctions, les Etats-Unis ont rendu impossible le dialogue avec le gouvernement Iranien. Ce dernier ne peut en effet s’asseoir à la table des négociations dans ce contexte, craignant que cela passe pour une capitulation devant ce qui est présenté comme une agression. La stratégie de Trump vise à « mettre l’Iran à genoux » selon ses propres termes afin de renégocier un accord plus favorable aux USA. Pour l’instant, peu de pays ont rejoint les Etats-Unis dans ces accusations et menaces à l’encontre de l’Iran, seuls l’Arabie Saoudite et le Royaume-Uni ont emboité le pas à Trump.