Blog


Des armes au lieu de vaccins

Les chiffres des exportations de matériel de guerre restent très élevés. Cette situation est d’autant plus consternante que cet argent pourrait être utilisé à d’autres fins. ADI FELLER

Au troisième trimestre 2020, la Suisse a ex-porté du matériel de guerre pour un montant de 680 millions de francs. Le nombre élevé de véhicules blindés exportés vers le Danemark(135 millions), le Botswana (70 millions) et la Roumanie (58 millions) a attiré notre attention.La production sous licence pour le Piranha 5,un char de grenadiers de General Dynamics Mowag, une entreprise basée à Kreuzlingen, est particulièrement intéressante. L’armée roumaine a acheté 227 chars, qui doivent être assemblés à l’Uzina Mecanic București (UMB) pour ensuite être exportés vers d’autre pays.Dans le communiqué de presse de Mowag publié à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle ligne de production, le président roumain fait explicitement allusion aux nouvelles opportunités d’exportation pour l’industrie de l’arme-ment roumaine. La Suisse, elle, pourrait profiter d’une faille dans l’art. 18 al. 2 de la loi fédérale sur le matériel de guerre pour livrer des pièces détachées et des modules dans des pays l’Union européenne sans savoir qui sera le destinataire final de ces armes. Nous continuerons d’observer de près ces exportations.

CHAQUE FRANC DÉPENSÉ POUR DES ARMES MANQUE AUTRE PART
La crise sanitaire que nous vivons nous montre bien que l’argent que l’on dépense pour l’armement manque forcément dans un autre domaine, et ce surtout dans les pays les plus pauvres. Il existe plusieurs façons de dépenser cet argent pour la protection réelle de la population, le domaine de la santé ou la gestion de a crise climatique à long terme ne sont que des exemples. Mi-novembre, le Botswana a par exemple conclu un accord avec l’OMS dans le cadre de l’initiative COVAX qui garantit un accès au vaccin à au moins 20% de la population. Or, si moins d’argent était dépensé pour des blindés suisses, le pays pourrait vacciner toute sa population, et pas uniquement un cinquième d’entre-elle.