Supprimer l’obligation de servir ? lancement possible d’une initiative

dimanche 28 février 2010
par Secrétariat GSsA
popularité : 8%

Le service militaire obligatoire ou conscription en Suisse est dépassé et devra tôt ou tard être supprimé. Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) étudie actuellement la possibilité de lancer une initiative populaire demandant l’abrogation de l’obligation de servir. La décision d’un éventuel lancement sera prise le 17 avril prochain, par l’Assemblée générale du groupe au niveau suisse.

L’armée suisse traverse une crise sans précédant depuis des décennies, et l’obligation de servir s’avère de plus en plus problématique : actuellement, seuls 40% des jeunes hommes suisses font le service militaire jusqu’au bout. A l’inverse, depuis la suppression de l’examen de conscience, nombreux sont ceux qui choisissent d’accomplir un service civil au lieu de recourir à la " voie bleue " pour être exempté. Il apparaît donc que de moins en moins de jeunes sont prêts à sacrifier leur temps, leur vie familiale ou leur travail pour effectuer un service qui n’a pas de sens à leurs yeux. Ils sont par contre davantage motivés à s’engager dans un service civil, utile à la collectivité.

L’enrôlement forcé dans l’armée constitue une négation de la liberté individuelle ainsi que des défis actuels auxquels est confrontée la population, en Suisse comme ailleurs dans le monde. L’abrogation de la conscription permettrait une réduction massive des troupes et ainsi de libérer des ressources humaines et économiques qui pourraient être employées de façons bien plus efficace et ciblée dans le civil. Par exemple à travers l’instauration d’un service civil volontaire, ouvert aux hommes comme aux femmes résidant en Suisse, et orienté vers les domaines social, environnemental et de résolution des conflits. En renonçant à maintenir une armée de conscription disproportionnée, la Suisse pourrait aussi contribuer de façon plus décisive à la promotion civile de la paix et à la coopération au développement. Les problèmes de notre époque appellent avant tout des solutions civiles, pour lesquelles la suppression de la conscription préparerait le terrain.

En s’en prenant actuellement au service civil, les milieux conservateurs et les responsables de l’armée tentent de contourner la question fondamentale, qui est celle du service militaire obligatoire. Résolu à continuer de poser les véritables questions, le GSsA évalue donc l’opportunité de lancer une initiative populaire pour abroger la conscription.


Carte : la conscription dans le monde (Wikicommons)

Rouge : les Etats appliquant encore la conscription ;
bleu : armée volontaire/professionnelle ;
orange : suppression prochaine de la conscription ;
vert : pays sans armée.


Portfolio

La conscription dans le monde (Wikicommons)

Commentaires

Logo de sun zi
dimanche 25 avril 2010 à 12h29, par  sun zi

L’armée sert et à toujours servi à défendre un Territoire !

Malheureusement (... ou heureusement), le territoire Suisse ne présente aucun intérêt pour un autre pays !

Pourquoi les Allemands n’ont pas envahi la Suisse lors de la seconde guerre ? Parce qu’elle était neutre ??? Non ! Parce qu’elle ne sert à rien !
Pourquoi envahir la Suisse ? Pour posséder la Jungfrau, le château de Chillon et le jet d’eau de Genève ???

La Suisse est comme un berger qui n’a pas de moutons mais qui garde son fusil et achète des munitions chaque semaine. Le loup ne viendra pas s’il n ’y a pas de moutons, c’est pas difficile à comprendre !

Les guerres actuelles ne sont motivées que par 2 facteurs :

- Position stratégique
- Ressources naturelles

Je vous laisse compter les ressources de la Suisse sur le doigt d’une main. En Suisse on a de l’eau... mais on va pas loin ! C’est pas avec de l’eau qu’on fait avancé des FA-18 et des M113...
(Pour info, la Georgie possède du charbon, du fer, du cuivre et... du pétrole avec un pipeline qui la traverse).

C’est pas parce que l’armée crée des emplois qu’il faut la garder ! Cette excuse me fait sauter au plafond ! Est-ce qu’il faut continuer à fabriquer des bombes à sous-munitions sous prétexte que ceux qui les fabriquent vont perdre leur emploi ? Alors, si on trouvait le remède miracle à toutes les maladies on le détruirait pour éviter de mettre les médecins au CHOMAGE ??? Il faut arrêter avec cette histoire d’emplois liés à l’armée, il y a bien assez de secteurs d’activité en dehors de l’armement. Le problème c’est que ce secteur rapporte beaucoup d’argent avec peu d’effort. Il est bien plus facile de s’enrichir et de faire du profit en fabriquant ou en vendant des armes plutôt qu’en produisant du lait et en semant du blé !!!

La Suisse est en train de se noyer et l’armée est un boulet accroché à sa cheville.

L’avenir de la Suisse m’inquiète, nos politiciens sont en train de creusé notre tombe !

Non seulement la Suisse perd ses amis (Italie, France, Allemagne nous tournent le dos...) mais elle se crée des ennemis ("musulmans", chinois, libyens).

Investissons notre argent dans l’éducation pour former des politiciens diplomates et des chercheurs sachant innover plutôt que dans les armes !!!

Sun Zi

Logo de vara
samedi 17 avril 2010 à 16h57, par  vara

Je suis citoyen Suisse de , j’ai reçu mon ordre de marche pour mon recrutement prochainement. Je finis cette année mon bachelor en informatique et compte continuer dès l’année prochaine en master dans la même branche avec une opportunité de travail à temps partiel qui ne se refuse pas et qui me sera indispensable pour subsister dès l’années prochaine.

Je trouve cela absolument intolérable que l’on me force à perdre 6 mois de ma vie et qu’on me contraigne a laisser filer des opportunités qui me sont indispendables pour continuer sereinement mes études, surtout vu le contexte économique actuel.

Le service obligatoire n’a plus aucun sens en Suisse, c’est une simple privation des libertés personnelles dont tout citoyen devrait jouir dans un pays démocratique.

J’aime mon pays, mais m’obliger à servir l’armée ne me fera pas plus aimer mon pays ou me sentir plus suisse, bien au contraire.

Logo de Eoshyn
mardi 13 avril 2010 à 20h32, par  Eoshyn

En tant que "jeune", je rebondis sur une phrase qui m’a hérissé.

 

« Ce jour là marquera la fin de notre indépendance et de notre neutralité, incapables de se défendre. »
J’ignore si nous serions vraiment capables de nous défendre avec notre armée de milice actuelle, j’en doute fortement, mais passons, c’est la suite qui me fait réagir :

 

« On sera donc comme tous les autres pays, avec des jeunes de plus en plus irrespectueux, des jeunes n’ayant plus aucune valeur morale ni patriotique, des jeunes prônant leurs droits mais ignorant leurs devoirs. »
Car, bien sûr, c’est grâce aux enseignements de l’armée que les jeunes ne sont pas irrespectueux et sans morale. La blague. Je vis surement dans une bulle, car parmi les autres jeunes que je côtoie et qui sont de grande valeur morale et de tolérance (mais pas patriotique !), nombreux sont ceux qui sont Français, donc non soumis à la moindre obligation militaire. Réciproquement, lors de ma journée d’information, les plus enthousiastes à faire l’armée (et en section grenadiers, s’il vous plait) furent précisément les petites frappes irrespectueuses que vous semblez dénoncer et qui n’ont d’ailleurs pas manqué de grandement chahuter à la fin de la journée. Donc pour la valeur éducatrice et moralisatrice de l’armée, on repassera, surtout quand on entend ce que ceux qui en reviennent nous en racontent.
Mais je suis sans nul doute un de ces jeunes prônant ses droits mais ignorant ses devoirs. Parlons-en, justement. Est-il normal que constitutionnellement soit défini entre hommes et femmes l’égalité des droits mais précisément pas celle des devoirs ? Que l’homme francosuisse soit dispensé de ses obligations, que la femme suisse n’en ait pas, mais que l’homme suisse doive perdre (oui, quand on fait des études, c’est une perte indéniable, considérable et injustifiable) 6 mois minimum à faire, à en croire ce que j’en entends, ce qui s’apparente plus à une réminiscence des pulsions bestiales enfouies qu’à un réel apprentissage citoyen utile ? Qu’à absence de service égale, la femme ne connaisse aucune conséquence mais que l’homme soit soumis à une lourde amende, renouvelée chaque année, y compris lorsqu’il est sans revenu (étudiant) ? Alors vous excuserez ma piètre estime pour ce "devoir" (« devoir de servir », voilà qui gagnerait justement à devenir un droit, un service rendu sous contrainte ne pouvant prétendre avoir la moindre valeur), mais je préfèrerais qu’on me définisse comme devoir l’égalité des droits et devoirs entre les citoyens (non, pas la pseudo-égalité qui existe en Suisse), le respect des différences, la tolérance et l’ouverture aux autres plutôt que cette illégitime obligation de servir teintée d’un nationalisme que l’armée s’applique à sublimer.

 

Et en fait de patriotisme, il a encore de beaux jours devant lui en Suisse, aucune inquiétude là-dessus. Il n’y a qu’à voir l’antieuropéisme ambiant pour s’en convaincre. Ou, en exemple plus concret, Genève et ses frontaliers. Ah ça les Genevois savent être patriotiques si ça leur permet de cracher sur leurs voisins. Alors de fait oui, clairement, je me revendique sans valeur patriotique, je préfère me définir comme citoyen d’Europe que comme citoyen d’un pays qui n’en veut pas. Et si cela fait de moi un jeune immoral, alors j’assume, et je suis convaincu que cette immoralité peut être bien plus constructive que la morale nationaliste qu’on veut nous faire ingurgiter.

Logo de laurent
dimanche 28 mars 2010 à 19h54, par  laurent

Laurent, si pour vous, être suisse signifie servir dans l’armée, les femmes sont logiquement exclues.
— > L’interprétation de mes propos ne fera pas avancer le débat, les femmes ne sont pas astreint au service militaire, donc ne sont pas concernées par ce que j’ai dis !

Je ne comprends pas de quoi nous sommes sensés nous protéger. À en voir le programme d’armement, il semblerait qu’une guerre de tranchées va avoir lieu prochainement. Pensez-vous réellement que l’un de nos pays-frontière représente une menace sur le plan militaire ?
— -> Immédiatement, non, mais connaissez vous la situation des 10 prochaines années ?!? non ! en 2006, la Géorgie s’est faite envahir par la Russie, alors que rien ne laissais présager la chose. Se persuader que nous seront éternellement à l’abri est une pur hérésie.

Quand je parle de neutralité, je parle de neutralité militaire, ce qui implique donc aucune alliance possible, et lorsque l’on voit que l’UE nous a lâchement abandonné dans la crise avec la Lybie, pouvez imaginer qu’elle viendrait nous aider et sacrifier des citoyens si un jour nous en aurions besoin ? laissez moi en douter !

Le Slogan du GSsA n’est pas si mal choisi, sinon, quelle est la mission première de l’armée sinon de protéger un pays pour que le conflit cesse et que la paix revienne au plus vite.
— -> L’armée obéit, elle ne prend pas de décision, c’est les politiques qui prennent les décision, le slogan est donc dénué de tout sens.

"Les conséquences qu’une abolition de l’armée peuvent engendrer" Cette phrase est vide, il n’y a aucun argument puisque vous ne précisez aucune mais alors aucune conséquence.
— -> entre 50-100’000 emplois perdu, des régions qui se verront coupé de ressources financières, (Thun, Payerne, Meringen, etc...) qu’il faudra donc aidé par divers manipulation économique. L’armée ne crée certes pas de ressources financières, mais elle permet de transférer l’argent dans des endroits qui ne pourraient pas vivre sans.

La moitié des États n’ont pas la conscription et se portent très bien. Cela devrait vous faire réfléchir.


> Allemagne, Israël, Belgique, et de nombreux autres états disposent d’une armée obligatoire.
=> Cela devrait vous faire réfléchir.
De plus, je tien à noter qu’il ne s’agit là d’autres cas de figure ! Ces pays prennent partie à des conflits, ils ont des alliances militaires, etc... en Suisse nous sommes encore une fois militairement Neutre, donc aucune alliance possible ! Une armée pro. ne serait pas suffisante pour défendre le pays ! payer une armée étrangère coûterait énormément plus cher que de posséder notre propre armée, de plus, une armée de miliciens se bat pour sa liberté et celle de son pays, une armée de mércenaire se bat pour sa solde.
Peut être devriez vous ne pas tout mélanger et réfléchir au cas par cas.

Bref. Abandonnez ces idées désuettes et réfléchissez sur le fond comme l’a fait l’ex-chef de l’armée Keckeis.
— > L’armée de milice est une idée désuette ? aller donc en parler au gouvernement Israélien ... je pense que cela leur feras un bon 1/4 d’heures de rigolade.

Pour en revenir au sujet de l’article, je trouve aussi qu’il y a abus de pouvoir de la part du conseil fédéral pour modifier une loi de manière irréfléchie et sans aucun droit. Cela contrevient aux principes de base de l’État, dont les pouvoirs législatifs et exécutifs sont clairement séparés.

— -> A quoi faites vous référence ? car le Conseil fédéral établit du droit matériel au travers d’ordonnances, concernant les initiatives, il se contente d’en étudier, en collaboration avec l’AF, la validité (Forme, matière, respect du droit supérieur, exécutabilité, etc...) ... en tant qu’étudiant en Droit, je suis bien placer pour vous en parler... Je soutiens que l’initiative concernant les minarets n’aurait jamais dû être soumise, mais dans la forme, le CF a respecté à la lettre ses fonctions.

Notre conseil fédéral est peuplé d’incompétents : une ministre de l’économie qui dit que les intérêts économiques priment sur tout le reste, (dans ce cas supprimons l’armée tiens ! Et paf ! 5 milliards d’économisé !) un ministre des transports vieillissant, qui, si on le suivait, aurait mené la Suisse à un surendettement de 100 milliards à cause d’infrastructures ferroviaires, un ministre de la culture très discret... un ministre de la défense qui ne fait pas mieux, sinon pire, que ses prédécesseurs, et qui suit avec diligence les lignes directrices de son parti plutôt que de faire son travail comme cela devrait être. (oui on n’appelle pas ça des ministres en Suisse, c’est pourtant la même chose)

— -> Entièrement d’accord avec vous, cependant, que ferez vous des 5 milliards économisés ? vous les utiliserez pour aider les personnes qui ont perdu leur emploi ? pour payer des pays afin d’assurer notre défense ? Les investirez vous dans des aides sociales et autre, un modèle français qui fait ses preuves en ce qui concerne les abus de beaucoup de citoyens ?
Amusez vous une fois à consulter les comptes de la confédération (disponibles en ligne), et vous constaterez qu’elle a largement les moyens d’investir de l’argent, elle ne le fait simplement pas pourquoi ? car la tâche est en partie dévolue aux cantons ! économiser 5 milliards par an, si ce n’est mettre des gens sur la paille, n’apportera rien sur le plan social, on assisterait cependant à une probable crise économique interne...

Pour terminer, je suis convaincu que la conscription disparaîtra en Suisse, tant il est absurde de voir arriver une attaque terrestre/aérienne du siècle passé. La Suisse s’alignera sur le modèle des "pays civilisés" qui ont la capacité de se renouveller et mettre à jour tout leur système.

— -> Ce jour là marquera la fin de notre indépendance et de notre neutralité, incapables de se défendre. On sera donc comme tous les autres pays, avec des jeunes de plus en plus irrespectueux, des jeunes n’ayant plus aucune valeur morale ni patriotique, des jeunes prônant leurs droits mais ignorant leurs devoirs.

Je suis quand même triste de constater que beaucoup de gens vivent encore dans un autre monde, peut être avez vous oublié, mais nous avons des voisins de toute part, des voisins qui s’enlisent dans un gouffre financier... quand il n’y a plus d’argent, où aller vous le prendre ? chez ceux qui en ont ! prenez l’exemple Français qui a envahit la Suisse en 1795 (corrigez moi si je me trompe) car elle avait de l’argent. Prenez l’exemple de l’Allemagne qui a lancé un conflit mondiale en l’espace de 6 ans. Prenez le cas de la Géorgie qui se voit envahir en 2006 par la Russie, alors que rien ne laissais explicitement présager une telle chose.

Peut être ne l’avez vous pas remarqué, mais l’histoire se répète, je me conclurais sur deux proverbes connus et qui n’ont pas été inventés pour rien : "Mieux vaut prévenir que guérir" et "Si vis pacem Para bellum" (qui veut la paix, prépare la guerre)

Logo de freeman
jeudi 25 mars 2010 à 01h53, par  freeman

Décidément les idées d’antan sont toujours présentes dans les mentalités.

Laurent, si pour vous, être suisse signifie servir dans l’armée, les femmes sont logiquement exclues.

Je ne comprends pas de quoi nous sommes sensés nous protéger. À en voir le programme d’armement, il semblerait qu’une guerre de tranchées va avoir lieu prochainement.
Pensez-vous réellement que l’un de nos pays-frontière représente une menace sur le plan militaire ?

Comment peut-on encore affirmer que la Suisse est neutre ? Ce sont de belles paroles, voilà tout. Elle ne l’a jamais été et ne le sera jamais car la neutralité n’existe tout simplement pas.
Vous demanderez au dizaines de milliers de juifs refoulés à nos frontières pendant la deuxième guerre mondiale, s’ils sont encore vivants, s’ils trouvent que la Suisse est un pays neutre.
Idem pour les fonds en déshérence.
Qui dit neutre, devrait vouloir dire neutre aussi en terme de religion, donc laïc. Dès lors, comment se fait-il que notre Constitution comporte maintenant un nouvel article qui en discrimine une. Comment s’estimer neutre à ce sujet ? La Suisse est décrédibilisée à tout jamais dans toutes négociations internationales avec les pays à majorité confessionnelle islamique.

Le Slogan du GSsA n’est pas si mal choisi, sinon, quelle est la mission première de l’armée sinon de protéger un pays pour que le conflit cesse et que la paix revienne au plus vite.

"Les conséquences qu’une abolition de l’armée peuvent engendrer"
Cette phrase est vide, il n’y a aucun argument puisque vous ne précisez aucune mais alors aucune conséquence.

La moitié des États n’ont pas la conscription et se portent très bien. Cela devrait vous faire réfléchir.

Bref. Abandonnez ces idées désuettes et réfléchissez sur le fond comme l’a fait l’ex-chef de l’armée Keckeis.

Pour en revenir au sujet de l’article, je trouve aussi qu’il y a abus de pouvoir de la part du conseil fédéral pour modifier une loi de manière irréfléchie et sans aucun droit.
Cela contrevient aux principes de base de l’État, dont les pouvoirs législatifs et exécutifs sont clairement séparés.

Notre conseil fédéral est peuplé d’incompétents :
une ministre de l’économie qui dit que les intérêts économiques priment sur tout le reste, (dans ce cas supprimons l’armée tiens ! Et paf ! 5 milliards d’économisé !)
un ministre des transports vieillissant, qui, si on le suivait, aurait mené la Suisse à un surendettement de 100 milliards à cause d’infrastructures ferroviaires,
un ministre de la culture très discret...
un ministre de la défense qui ne fait pas mieux, sinon pire, que ses prédécesseurs, et qui suit avec diligence les lignes directrices de son parti plutôt que de faire son travail comme cela devrait être.
(oui on n’appelle pas ça des ministres en Suisse, c’est pourtant la même chose)

Pour terminer, je suis convaincu que la conscription disparaîtra en Suisse, tant il est absurde de voir arriver une attaque terrestre/aérienne du siècle passé. La Suisse s’alignera sur le modèle des "pays civilisés" qui ont la capacité de se renouveller et mettre à jour tout leur système.

Logo de laurent
vendredi 5 mars 2010 à 16h40, par  laurent

Loin de moi cette idée d’exclure les femmes de cette définition ! bien au contraire ! Ce que je veux dire, c’est que "servir sous les drapeaux" ne peut que renforcer ce sentiment d’appartenance à la Suisse ! Un ami récemment naturalisé et ayant fini il y a peu son école de recrue, m’a dit textuellement : "Qu’un service en uniforme avec la croix blanche sur ce dernier le rend plus Suisse qu’un bout de plastique ayant la même croix blanche." Et je le suis à 100% !

Je considère que notre pays a de la chance à ce qu’on apprenne encore aux jeunes qu’ils ont des droits, des privilèges, mais également des devoirs ! par définition le devoir n’est pas nécessairement plaisant. Ce que cherche à faire le GSSA, c’est de détruire ce "devoir civique" qui lie les hommes de ce pays. Je ne parle pas non plus de l’interdiction d’avoir l’arme de service à la maison car dans le genre "on ne fait plus confiance au peuple" c’est pas mal, mais hors sujet.

J’aimerais rajouter que supprimer l’obligation de servir reviendrait à détruire la neutralité de la Suisse, car si l’on désirerait avoir un semblant de protection, il faudrait dés lors conclure des alliances militaires -> Donc détruire la neutralité. De plus il faudrait payer cher, sans doute très cher pour cette protection. A moins que les gens du GSSA ne prient très fort pour que la Suisse soit pour l’éternité hors d’atteinte ? protégée de toute part ? ça fait long l’éternité...

Bref, pour en revenir à ce que je disais, qui dit fin de neutralité et pactes d’alliances, dis besoin d’une armée pro.... Pourquoi faire ?!? La Suisse n’est elle pas neutre ?!? Ah ! mais oui, elle n’a plus d’armée de milice, son seul moyen de défense étant des alliances militaires, elle a en effet perdu sa neutralité ! Et voila comment débute la fin de la Suisse pacifique que nous avons connus !

Je rajouterais une chose vis à vis du Slogan du GSSA : "La paix est une chose trop importante... pour qu’on la laisse aux militaires"

=> Sauf erreur, c’est les politicien (Assemblée fédéral / Conseil fédéral) qui prennent les décision quand à la politique extérieur, paix, guerres, etc... donc à moins que vous considériez nos politiques comme des Soldats, je vois pas trop de cohérence dans ces propos !

Donc pour résumer, si vous voulez voir notre confédération bien aimée mourir et devenir comme n’importe quel autre pays avec tout ce que cela comporte.... soutenez les... mais moi j’hésiterais pas à me retourner contre eux lorsque les conséquences qu’une abolition de l’armée peuvent engendrer arriveront !

Logo de Lionel
vendredi 5 mars 2010 à 13h56, par  Lionel

Heureusement, la cohésion de l’identité nationale ne dépend pas de l’armée (d’ailleurs je n’ai jamais vraiment su ce qu’était l’identité nationale et ce qui la constituait... Si quelqu’un a une réponse, je suis preneur !). Cher Laurent abandonnez s’il vous plait cette idée dépassée et sexiste (les femmes de participent-elles donc pas à la définition de l’identité nationale ?).

Par contre, je suis déjà plus en phase avec votre point 2. Si l’on veut fournir aux jeunes une alternative pour servir leur pays, il faut plutôt, selon moi, se concentrer sur la reforme du service civil : harmoniser le nombre de jours avec l’armée, faciliter la recherche de postes de civilistes pour les jeunes, mettre plus de moyens pour élargir la palette des possibilités de service civile, afin que tous puissent trouver un poste o’u ils se sentent véritablement utiles etc.

Je ne sais pas si le GSSA a décide d’agir dans ce sens, notamment suite aux réactions de plusieurs parlementaires de droites qui, suite à l’explosion du nombre de civilistes ces six deniers mois, veulent tenter de freiner ce mouvement, et réaffirmer la suprématie de l’armée sur le service civil. Je trouverais ce "combat" intéressant à mener pour une association comme la votre, et dans tous les cas je vous remercie pour vos actions importantes et pour le rôle que vous jouez au sein de la société civile.

Logo de laurent
dimanche 28 février 2010 à 21h38, par  laurent

1) C’est donc mieux de supprimer l’armée de milice plutôt que de remotiver les jeunes à s’engager pour leur pays ? C’est bien ça le message ? Enfaite faut détruire les contraintes d’appartenance à la Suisse car petit à petit notre identité national se voit mourir à petit feu ? On peut aussi diviser la Suisse et offrir les régions linguistiques à nos pays voisins tant qu’à faire !

2) Pensez vous franchement, que si les jeunes ne veulent pas faire l’armée au profit de leur famille et de leurs études/travail, il seront motivés pour accomplir un "service civil volontaire" ? Mais sacre bleu, dans quel monde vivez vous ?!? revenez sur terre chers partisans du GSSA.

Agenda

<<

2012

>>

<<

Février

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728291234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois